ARLEQUIN ÉNEE

ou

LA PRISE DE TROYES

COMEDIE

En trois Actes & un Prologue exe-
cutée pour la premiere fois par
les Pantomimes du grand jeu du
Préau de la Foire de S. Laurent
le 25.Juillet 1711

Le prix est de huit sols


[2]

[gravure]

3


AVERTISSEMENT.

LE Public ne doit pas s'arrêter scrupuleusement à suivre toûjours l'ordre des Scenes qu'on luy donne icy, Messieurs Allard & la Lauze qu'un caprice heureux conduit par le goût engage souvent à les varier, empêchent cette exactitude & en dédommagent bien. On ne peut que tracer un crayon des lazzi plaisans & des jeux comiques, que leur fournit une piece qu'ils perfectionnent en l'executant. On les a forcez de faire revivre une sorte de Comedie, qui fut les délices des Grecs & des Romains, & qui fait aujourd'huy l'amusement de Paris ; nôtre siecle qui ressemble si bien à celuy d'Auguste, n'a pas manqué d'adopter les Pantomimes. Ils doivent s'efforcer de meriter & d'augmenter des suffrages qui leur sont encore si fortement disputez.

On n'a pû inserer dans la Piece, tous les Vaudevilles qui s'y chantent, quelques-uns étant faits depuis l'impression : mais il n'en manque aucun de ceux qui sont necessaires pour l'intelligence du sujet.


3

[block]

ARLEQUIN ENE'E.

[block]

PROLOGUE.

LE Théatre represente la Salle du conseil des Dieux ; c'est-là qu'ils doivent se rendre pour decider de la fortune de Priam ; & pour terminer enfin le long siege de la Ville de Troye. Après l'ouverture on presente cet écriteau sur l'air de Joconde.

Les Dieux vont regler le destin
De la superbe Troye,
Tous ses beaux meubles de satin,
Des Grecs seront la proye.
Si pour vanger chaque cocu
On perdoit une Ville,
Bien-tôt le Bourgeois éperdu
N'auroit aucun azile.

[block]

SCENE I.
GAnimede & Hebé tenant chacun un balay viennent préparer la Salle; tandis


4

qu'ils s'acquittent de leur employ. Momus survient en dansant.

[block]

SCENE II.

MOmus voyant Hebé s'approche d'elle & la cajolle, pour en tirer une bouteille de Nectar ; mais la jeune Déesse luy fait signe qu'elle n'a plus les clefs de la cave celeste, & que Jupiter les a confiées à Ganimede, en luy donnant la commission de verser à boire à la table des Dieux. Momus quitte aussi-tôt Hebé pour faire sa cour à Ganimede, qui pour se débarasser de ses importunitez, luy donne une caraffe de Nectar. On presente cet écriteau sur l'air: Tu croyois en aimant Colette.

On ne fait guere un tendre esclave
D'un alteré, constant buveur ;
Si l'on a la clef de la cave,
On n'a point celle de son coeur
.

Ganimede & Hebé achevent de nettoyer la Salle, Momus entame la bouteille, & les Dieux arrivent.

[block]

SCENE III.

APollon paroît le premier joüant du violon, il porte une couronne de laurier, pour montrer qu'il est le Dieu de la Poësie ; une


5

seringue penduë à sa ceinture marque qu'il est Dieu de la Medecine.

Mars representé par Gilles l'oncle bat le tambour & est tout couvert d'épées & de pistolets.

Venus le suit representée par Gilles le Neven. La Déesse tient l'Amour entre ses bras ; le Dieu des coeurs est chargé d'une hotte à porter de l'argent, qui luy sert de carquois. Les bords de cette hotte sont entourés d'un cordon de cervelats entremêlez de bouteilles d'ozier.

Saturne est en habit noir & en rabat, il tient une faux d'une main & un horloge de sable de l'autre. Junon marche sur ses pas habillée en Prude, conduite par Cibelle habillée en Dame Gigogne.

Mercure vétu en Cavalier & couvert d'une robe d'Avocat retroussée , est armé d'une paire de cizeaux & chargé d'un gros paquet de billets doux.

[block]

SCENE IV.

ON entend braire des Asnes & crier des Coucous. Cette musique annonce la descente de Silene vétu en pere Nouricier, & de Vulcain vétu en Forgeron & orné d'un bois de Cerf sur la tête. Silene est sur son Asne, &


6

Vulcain monte un gros Colimaçon, qui presente de longues cornes. Ces Dieux se rangent avec les autres selon les ordres de Momus, qui fait la fonction de Maître des Cérémonies. A mesure que les Dieux arrivent, il leur offre un coup de sa bouteille de Nectar, & dès qu'ils tendent la main pour prendre le verre, Momus avale promptement la liqueur.

[block]

SCENE V.

LE bruit du Tonnerre annonce l'approche de Jupiter : La gloire s'ouvre, & le Maître du monde paroît dans un char brillant accompagné de Neptune & de Pluton. Jupiter a une longue barbe noire, Neptune une bleuë, & Pluton une rouge.

Jupiter s'apprétant à parler tous les Dieux & Déesses, l'interrompent par un murmure confus accompagné de gestes menaçans, qu'ils se font les uns aux autres ; Momus court de tous côtez pour les faire taire. Enfin, Jupiter fait une harangue de mines, & tous les Dieux applaudissent & frapent des mains. Vulcain opine le premier contre Troye, & presente cet écriteau sur l'air.


7

VULCAIN.

Que par la flâme inhumaine
Illion soit ravagé ;
Vangez de l'époux d'Helene
Le front un peu trop chargé.
Ses innombrables Confreres
Par moy vous font leurs prieres,
Jupin s'ils s'assembloient tous,
Où les recevriez-vous?

Venus prend le parti des Troyens,& Momus s'adressant à tous les Dieux presente cet écriteau sur l'air : Amis sans regretter Paris.

MOMUS.

Menelas qui plaide à grands frais,
Veut mettre Troye en flâme.
Faites luy perdre son Procès
Dieux, rendez-luy sa femme.

Jupiter va aux opinions, la dispute s'émeut & s'échauffe entre les Dieux, & ils se battent avec tant d'opiniâtreté, qu'ils se dès-habillent


8

les uns les autres. Momus frape également sur les deux Partis & sur Jupiter luy-même, les railleurs n'épargnent personne. Mercure se mêlant dans la presse vole les Dieux & les Déesses, & Apollon pour rafraîchir leur ardeur guerriere, les arrose avec sa seringue. Le hannissement d'une Mule leur annonce l'arrivée du Destin, & la précipitation avec laquelle ils se rajustent pour le recevoir leur causant de plaisantes méprises, Venus se saisit de la couronne de Jupiter, Jupiter de la commode de Venus; l'Amour met la coëffure antique de Cibelle, & Mars se couvre du bonnet cornu de Vulcain.

[block]

SCENE VI.

LEs Dieux reprennent leurs places, le Destin vétu en Medecin & monté sur une Mule, conduite par deux Heures (l'une est l'Heure du Berger, & l'autre l'Heure de la Mort) vient prononcer son Arrest contre l'Empire de Priam par cet écriteau sur l'air : Réveillez- vous belle endormie.

Que l'époux d'Helene se vange,
C'est la Sentence du Destin :
Jamais le sort d'avis ne change
De même qu'un vieux Medecin
.


9

[block]

SCENE VII.

LE Destin s'en retourne, Jupiter le reconduit, & les Dieux du parti des Grecs se mettent à rire, & ceux du parti de Troye à pleurer. Momus les contrefait alternativement.

[block]

SCENE VIII.

LEs Dieux amis des Grecs forment des danses.

[block]

ACTE I.

LE Théatre represente la Ville de Troye couverte des ténébres de la nuit. On voit sur le devant un grand Asne caparaçonné representant le fameux Cheval de bois inventé par Ulisse. On entent rire & chanter les Grecs enfermez dans le ventre de l'Asne. Ecriteau pour l'Asne : sur l'air.


10

De ce Coursier de Silene
Admirez le beau destin,
Il va du galand d'Hélene
Punir l'amour libertin ;
Par luy la superbe Troye
Va des Grecs estre la proye ;
Ainsi souvent des Baudets
Sont l'ame des grands projets
.

[block]

SCENE I.

UN Oublieux & un Vendeur d'eau-de-vie passent devant l'Asne ; Pierrot Grec enfermé les appelle. Ces deux Marchands nocturnes accourent, se rencontrent, querellent & se battent, après avoir rangé leur corbillon & leur boutique à l'eau-de-vie près de l'Asne : Pierrot prend la boutique & le corbillon & se renferme dans l'Asne, ce qui surprend fort l'Oublieux & le Vendeur d'eau-de-vie, quand ils s'apperçoivent de l'enlevement de leurs marchandises.


11

[block]

SCENE II.

UN Soldat Troyen Rodomont fait des lazzi l'épée à la main. Les Grecs enfermez rient de ses fanfaronades, il est épouvanté : & cependant malgré sa peur, il continuë son rôle de Capitan & monte sur l'Asne : Pierrot sort à demi par le derriere de l'Asne, & luy donne une volée de coups de bâton sur les épaules : Cette Scene est une parodie comique de l'aventure de Lacoon.

[block]

SCENE II.

ENée revenant de la Guinguette avec sa femme Creuse, son vieux pere Anchise & Ascagne son fils, que sa Nourrice conduit par la liziere s'arrête devant l'Asne. Il exprime par des lazzi plaisans la joye qu'il a de la retraite de l'armée d'Agamemnon, & prend dans un panier que porte un Valet où sont les restes d'un souper, une poularde & une bouteille de vin qu'il presente successivement à l'Asne. Pierrot Grec enfermé passe sa main par le gosier de l'Asne, & saisit la bouteille & la pou-


12

larde. Enée effrayé ne se rassure que par l'arrivée des Bergers & Bergeres qui viennent danser aux flambeaux autour l'Asne.

[block]

SCENE IV.

LEs Bergers & Bergeres du Mont Ida, se rassemblent & témoignent leur joye par des danses. L'Asne fait une grosse petarade qui les épouvante & les met tous en fuite.

[block]

SCENE V.

SCaramouche Sinon s'approche tenant une grosse seringue & une lanterne qu'il pose à terre ; il carresse l'Asne, & après quelques lazzi luy donne un clistere, pour luy faire rendre ce qu'il a dans le corps ; l'Asne après quelques petarades forcé par la décoction vuide les Grecs par le fondement. Il mettent l'épée à la main, Sinon leur distribuë des bouchons de paille qu'ils allument ; ensuite ils courent ravager & bruler la Ville de Troye. On presente cet Ecriteau : Sur l'air, la Beauté la plus severe.


13

Cruels ennemis de Troye
Qui l'allez remplir d'horreurs,
Malgré-vous la douce joye
Va regner parmi les pleurs :
Grecs dont les armes peu neuves
Vous servent depuis dix ans,
Puisque vous ferez des veuves
Vous ferez des coeurs contens
.

[block]

ACTE II.

LE Theatre represente encore la Ville de Troye. Le feu sort par les cheminées ; on entend sonner le tocsin & un grand bruit de tambours & de fiffres.

[block]

SCENE I.

QUelques Dieux du parti des Grecs descendent des Cieux conduits par Vulcain : ils sont enfermez dans deux grosses lan-


14

ternes, dont ils sortent portant des flambeaux, des bougies & des lampes.

[block]

SCENE II.

LEs Dieux amis des Troyens viennent combattre les protecteurs des Grecs ; le fleuve Scamandre paroît à la tête d'un Bataillon de Porteurs-d'Eau : Venus & les Graces se joignent à luy tenant de petites auguieres de toilette pleines d'eau. Ces Dieux ennemis se battent ; Mars & Venus se signalent par l'acharnement qu'ils ont l'un contre l'autre.

[block]

SCENE III.

LEs Grecs pillent la Ville de Troye & rassemblent leur butin. Ecriteau pour cette Scene : sur l'air, Mon mari est à la Taverne.

Preneurs de Villes, Gent funeste
Qui démenagez l'Habitant,
Vous n'avez jamais que le reste
Du Procureur & du Traitant,
Ils vous laissent de quoy frire,
Ta la lerita, &c
.


15

[block]

SCENE IV.

ENée déguisé en Mitron chargé d'une grande hotte de Boulanger, où est son pere Anchise en camisole & en bonnet de nuit, se sauve de sa maison en pleurant, il embrasse ses Dieux Penates d'une main & tient son mouchoir de l'autre ; son fils Ascagne marche à côté de luy, suivi de Creuse qui le mene par la liziere. Ascagne porte sa poupée & Creuse un petit chien ; ils crient tous sur differens tons. Un jeune Grec lorgne Creuse qui luy répond par des mines, & s'enfuit avec luy ; Enée se retourne, & n'appercevant plus sa femme, il fait de grands éclats de rire ; son pere Anchise en est scandalisé, & luy donne un soufflet, Enée le rend à son fils Ascagne, & Ascagne le rend à sa Poupée ; ils se remettent tous à pleurer, & s'en vont.

[block]

SCENE V.

LEs Grecs au son du tambour & des trompettes emmenent les captifs & le butin de la Ville de Troye. Cette scene est pleine de lazzi qui expriment l'insolence du vainqueur


16

& la tristesse des vaincus. Un jaloux suit sa femme en pleurant. On presente cet Ecriteau, sur l'air: Réveillez-vous belle endormie.

Quand une Ville est au pillage,
Tremblez jaloux, sots geoliers :
Vos femmes sortent d'esclavage
Et vous devenez prisonniers
.

Quelques Grecs caressent la femme de ce jaloux, & on montre cet Ecriteau, sur l'air: Les oiseaux vivent sans contrainte, &c.

Les guerriers vivent sans contrainte,
  Et coëffent sans crainte
    Maris jaloux :
Tout leur plaît, veuve, femme & fille,
Tout leur duit, faveurs & bijoux ;
Il n'est rien que leur main ne pille,
  En amour ils sont tous
    D'effrontez filous
.

Danse des Grecs, qui interrompt les Ecriteaux. Ecriteau sur l'air: Tu croyois en aimant Colette.


17

Au sac d'une Ville tremblante,
Le Vainqueur qui se met à bien,
Brûle moins de bois qu'il n'en plante,
Et lesv aincus n'y perdent rien
.

[block]

ACTE III.

LE Theatre represente une Isle où Enée s'est retiré avec sa famille, on voit une flotte dans l'éloignement.

[block]

SCENE I.

LA Ferme s'ouvre, on apperçoit Enée, Anchise & Ascagne couchez sur des bottes de paille, & ronflans sur des tons comiques.

[block]

SCENE II.

VEnus descend des Cieux dans son char traîné par des Pigeons, l'Amour en est le Cocher,& il porte un grand foüet. Ecriteau


18

pour la descente de Venus : sur l'air de Joconde.

Venus pour le bien de son fils
Descend sur ce rivage,
Nul ne prospere en son païs :
Elle veut qu'il voyage :
Chemin faisant galand sera
De veuve jeune & belle,
Et puis époux on le fera
De gentille pucelle
.

La suite de Venus danse, tandis que le char de la Déesse descend très-lentement. Quand les danses sont finies, l'Amour éveille Enée, Anchise & Ascagne à grands coups de foüet, ils se levent brusquement ; Venus declare à Enée la volonté de Jupiter, & luy ordonne de s'embarquer pour l'Italie où il doit fonder un puissant Empire. On presente cet Ecriteau, sur l'air : Allons gay en batteau à Chaillot.

  Enée en Italie
  Conduit par les destins,
  Va fonder la patrie
  De tous les Arlequins,
Allons gay en batteau, en vaisseau,
A Carthage, à Chaillot,
Talerilerilera la la lire, &c
.

Enée, Anchise & Ascagne remercient Ve-


19

nus qui remonte dans les Cieux ; Enée fait battre la caisse pour assembler les Troyens, & sort pour préparer sa valise. Anchise reste pour examiner les sujets qui se presentent pour suivre son fils en Italie.

[block]

SCENE III.

UN Medecin avance le premier, il est reçû par Anchise ; & on déploye cet Ecriteau, sur l'air : Réveillez-vous belle endormie.

Puisque vous allez gent Troyenne
Guerroyer au païs Latin,
Pour porter une mort certaine,
Munissez-vous d'un Médecin
.

[block]

SCENE IV.

UNe troupe d'Intendans & de Procureurs vient offrir ses services à Anchise, qui les accepte en souriant. Ecriteau sur l'air : Réveillez-vous belle endormie.

Troyens loin de livrer cent guerres
A mille Italiques Seigneurs :
Menez pour conquerir leurs terres
Force Intendans & Procureurs
.


20

[block]

SCENE V.

DEs Matelots choisis par Anchise forment une Fête Marine entremêlée de chant & de danses.

    Premier Ecriteau sur l'air: Sois complaisant, affable.

Un imprudent qu'aveugle amour engage,
Peut se livrer aux flots du mariage ;
Mais
S'il entre au port du veuvage,
Il n'en veut sortir jamais
.

Deuxiéme Ecriteau, sur le même air.

Vaisseau galand conduit avec science,
Arrive au cap dit de bonne Esperance ;
Mais
S'il n'est lesté de finance
Il ne le double jamais
.


21

[block]

SCENE VI.

UN Romain vient se presenter à Anchise qui le fait déclamer devant luy. Tandis qu'il jouë un rôle fier & emporté, le Poëte Farinatides approche tenant des vers qu'il lit à la suite d'Anchise & critiquant ceux que reçite le Romain ; le Romain interrompu traite Farinatides d'ignorant témeraire. On déploye cet Ecriteau,sur l'air: Belle brune,belle brune.

Quelle audace ! quelle audace !
Romain tu veux corriger
Le Correcteur du Parnasse,
Quelle audace ! quelle audace !

Farinatides outré des invectives du Romain imite pourtant le fameux Scipion, & ne se justifie qu'en faisant le recit de ses Oeuvres, on presente cette Liste.

[block]

CATALOGUE

des Oeuvres du Poëte Farinatides.

RIchard sans Peur, tragedie.
Fortunatus, Tragedie
.


22

Lettres heroïcomiques & critiques.
Suite de l'Amour Diable.
Suite des Amans ridicules & de cent autres Pieces tant suivies que non suivies
.

Le Romain se mocque des Ouvrages de Farinatides, qui luy répond enfin par des injures ; les plus grands honneurs s'oublient quelquefois : mais catastrophe inouie ! le Romain se livrant à toute la hauteur du Prince qu'il represente Colaphise arrogamment, le Censeur respectable des anciens & des modernes. On expose cet Ecriteau.

Quelle Scene ! quelle Scene !
Un Romain ose insulter
Le Mignon de Melpomene,
Quelle Scene ! quelle Scene !

Les Troyens chassent le Romain & le Poëte, & l'embarquement s'acheve.

FIN.


[23]


APPROBATION.

J'Ay lû par ordre de Monsieur le Lieutenant General de Police un Manuscrit, qui a pour titre : Arlequin Enée ou la prise de Troyes, dont on peut permettre l'impression. A Paris ce 7. Juillet 1711.

PASSART


PERMISSION.

VEu l'Approbation du sieur Passart. Permis d'imprimer ce 8. Juillet 1711.

M.R. DEVOYER D'ARGENSON.