JUPITER

CURIEUX

IMPERTINENT.

DIVERTISSEMENT,

Representé sur le Theâtre des Sieurs
ALLARD & LALAUZE, à la Foire
S. GERMAIN, le 3. Février 1711.

Avec la Scene du vin mousseux.

[block]

A PARIS.


M. DDC. XI

Avec Approbation & Permission.


Page 2
[block]

ACTEURS.

JUPITER Arlequin.

MERCURE Scaramouche.

ISABELLE.

PIERROT.

OMBRES qui sortent des Enfers.

QUATRE FURIES.

PLUTON.

Plusieurs Danseurs & Danseuses.


Page 3
[block]

PROLOGUE

INCONTINENT aprés l'ouverture, le Theâtre representant le Palais de la Folie, on entend une symphonie qui annonce la Folie, qui descend avec deux petits Suivans. Arlequin fait plusieurs lazzy autour d'elle, & lui demande s'il aura du monde pendant le cours de la Foire. La Folie répond par ce Vaudeville.

Pendant la Foire saint Germain
Vous aurez chez vous l'abondance,
Apollon y tiendra la main,
Autre que vous n'aura la chance ;
Vous donnerez des nouveautez,
Et vos Jeux seront frequentez.

Deux Danseurs à deux visages, Suivans de la Folie, font une Danse comique. La Folie danse aussi une Entrée, & dit à Arlequin.

Malgré les coups
De la Troupe Romaine,
Sur ces jaloux
Invente quelque scêne :
Mais


Page 4
Sois modeste ; car leur haine
Pourroit te perdre à jamais.

Arlequin témoigne sa joye par sa danse, & dit.

Du soin de vous plaire
Tout est empressé ;
Nous esperons faire
Mieux que l'an passé.
Si ce jeu vous touche,
Nous celebrerons
Arlequin sans bouche,
Non sans éperons.

Arlequin conduit la Folie. Les Sauteurs font ici differentes postures. Ce qui finit le Prologue.

[block]


Page 5
[block]

PREMIER ACTE.

ON entend un tonnere qui annonce Jupiter qui descend pour éprouver Isabelle. Jupiter descend sur un âne, & Mercure sur un cochon. L'âne brait, qui donne lieu à ce couplet.

Fy donc, vilain, veux-tu te taire ;
Pouvons-nous seulement chanter ?
De quoy t'avises-tu de braire ?
De nos Romains l'esprit va s'irriter,
Ils diront que c'est pour les contrefaire.

Jupiter dit à Mercure par le couplet suivant le sujet qui l'a fait quitter les Cieux.

Je descends exprés des Cieux ;
D'un esprit curieux
Je veux éprouver Isabelle,
Et voir si son coeur est fidele.
De cela je n'en réponds pas,
Et c'est mon embarras.

Mercure lui répond.

Vôtre curiosité
Sur sa fidelité
Est d'un Dieu vuide de cervelle.
Toute Maîtresse est infidelle :
De cela je vous en réponds,
Et de son coeur non, non.


Page 6
JUPITER
Si ma Maîtresse est infidelle,
Je veux en être convaincu,
Mercure, ce soir avec elle
Tâche de me faire cocu.

Mercure fait plusieurs lazzy, & lui fait entendre que sa Maîtresse est dans l'empire de Pluton. Jupiter veut l'en tirer, & fait paroître les Enfers, avec Pluton sur son char infernal. Quatre Furies sortent aussi des Enfers, qui dansent. Mercure dit à Pluton.

Pluton, faites-nous donc paroître
Les habitans de ce séjour :
Afin de les mieux reconnoître,
Que chacun passe tour à tour.
PLUTON.
J'ai chez moy quelques Procureurs,
Le nombre est plus grand des Notaires ;
J'ai plus de mille Agioteurs,
Et presque tous les gens d'affaires :
Mon Empire depuis trois ans
N'est rempli que d'honnêtes gens.
PLUTON.
Quittez vos sombres abîmes,
Voleurs, venez en ces lieux ;
Du recit de tous vos crimes
Jupiter est curieux,
Non le Parterre ;
Il en est trop à ses yeux
Dessus la terre.

Plusieurs Ombres sortent des Enfers ; qui viennent faire le recit de leur peines, & le sujet pourquoy elles y sont tombées.


Page 7
La premiere est une Fille d'Opera.

J'étois à l'Opera
Une Déesse fiere :
Mais de ce haut rang-là
Je descendois pour faire
L'amour
La nuit & le jour.
AGIOTEUR.
L'argent de l'agiot
Ne me profita gueres,
Je le perdis bientôt
Au commerce de faire
L'amour, &c.
POETE.
Je fus dans l'autre monde
Un rimeur enragé ;
Pour certain mot d'immonde
Je me vis fustigé :
Le fiel de la satyre
Empoisonna mes vers,
Pour avoir sçû médire
Je suis dans les Enfers.
ROMAIN.
Les Enfers sur mes malheurs
Sont sans misericorde ;
Trop justes sont mes douleurs,
J'en ai trop fait aux Danseurs
De Corde, de Corde, de Corde.

Jupiter donne des coups de bâton au Romain, & se retire. Isabelle paroît. L'Enfer est changé en un magnifique appartement. Mercure la conduit ; ce qui finit le premier Acte.


Page 8
[block]

SECOND ACTE.

LE Theâtre comme dans l'Acte precedent. On voit de plus une enseigne de Cabaret.
Arlequin paroît habillé en Procureur, des papiers à la main. Scaramouche, le Docteur & Pierrot habillez aussi en Procureurs se joignent à lui. Aprés plusieurs jeux de Theâtre, Arlequin dit qu'ils ne se quitteront pas sans boire. Un garçon de Cabaret leur apporte une bouteille de vin, & leur dresse un couvert. Ils se mettent à table, & le garçon fait chanter ce Vaudeville.

Procureurs, quand vous avalez
Ce grand vin de Champagne,
On peut dire que vous volez
La ville & la campagne.
Ne tenez pas un si haut rang,
Le Traitant s'en courrouce ;
Ce n'est qu'à ces succeurs de sang
A boire un vin qui mousse.

Deux Bohemiennes viennent à la table des Procureurs en dansant un Passe-pied. Une prend la main à Arlequin, & lui dit sa bonne avanture.

Friponnet à table
Réjoüit son coeur :
D'un Traitant traitable
Sa femme a l'ardeur.
Tandis que la bête


Page 9
Se remplit de jus,
On charge sa tête
Du bois des cocus.

L'autre Bohemienne dit la bonne avanture à Scaramouche.

Tous les jours on dit que Robin
Est à dîner chez Darboulin :
C'est son unique affaire,
Hé bien ;
Et sa femme va faire,
Vous m'entendez bien.
[block]
Du prix de cette liqueur
Tout Paris murmure :
Tandis que le Procureur
En lave son chien de coeur,
La bonne avanture, oh gay,
La bonne avanture.

Arlequin fait mettre à table les Bohemiennes. Chacun dit sa Chanson.

ARLEQUIN.
Lize vint à la Foire
Avec son favori :
En entrant chez Gregoire
Elle vit son mari.
La peur la fit, la, la, la,
La peur la fit mourir.
SCARAMOUCHE.
La Foire est trop dangereuse,
Faisons-nous des plaisirs ailleurs.
On est guetté par les breteurs,
Et raccroché par la breteuse.
LE DOCTEUR.
L'Esté la Lingere au Palais
Aux Avocats vend ses attraits,
L'Automne aux gens d'affaires,
Hé bien,


Page 10
L'Hyver aux gens de guerre,
Vous m'entendez bien.
[block]
Peut-être l'on demandera
A quoy le Printemps servira.
Femme, à ce que je pense,
Hé bien,
Ne prend jamais vacance,
Vous m'entendez bien.
PIERROT.
Un petit doigt de vin
Dit nôtre Apotiquaire,
Et d'un secours divin
A l'Amant qui veut faire
L'amour
La nuit & le jour.

Une bande de violons de Cabaret vient à la table des Procureurs, qui dansent un Menuet. La danse finie, les Procureurs demandent la carte : un garçon l'apporte.

CARTE DES PROCUREURS.

Pour six pâtez de requête   .  .  .  .  .  .  .  .  6. s
Pour du pain   .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 10. s
Pour 10 bouteilles de vin de Champagne   .  . 100. l.

Total   .  .  . 100.l.  .16.  .s

Les Procureurs déchirent la carte, & battent le garçon du Cabaret. Quatre autres garçons viennent ôter les manteaux aux Procureurs, & leur donnent des coups de bâton. Enfin ils sont obligez de payer. On leur rend leurs manteaux : ce qui finit le second Acte.
On danse aprés & on saute.


Page 11
[block]

TROISIE'ME ACTE

Il se passe une scene de nuit entre Mercure & Pierrot, qui vient donner une serenade à sa Maîtresse. Isabelle sort de l'appartement où Mercure l'avoit conduite. Mercure, pour contenter Jupiter, éprouve Isabelle, & il n'en vient à bout qu'avec une bourse d'or, qu'il lui donne, & dit.

Pour reduire une cruelle
L'or est un guide assuré :
Mais de la rendre fidelle,
C'est un secret ignoré.

Mercure veut emmener Isabelle dans l'appartement. Jupiter vient les surprendre, & dit au Parterre.

Par le luxe & les plaisirs
On croit fixer leurs desirs :
Mais rien n'est plus inconstant,
Vous le sçavez bien, souvenez-vous-en :
Mais rien n'est plus inconstant,
Elles vont au premier vent.

Ici on danse le Païsan & l'Yvrogne. Pierrot vient chanter ces Vaudevilles.

Lorsque la charmante Uranie
Se pare d'habits précieux,
Son époux entre en jalousie,
Et la suit de prés en tous lieux.
Ah l'impertinent curieux !
[block]


Page 12
Six mois aprés son mariage
Catin donne un fils gracieux ;
L'époux demande au voisinage :
A-t-il mon nez, mon front, mes yeux ?
Ah l'impertinent curieux !

Jupiter, pour punir Isabelle de son infidelité, la fait retomber aux Enfers, d'où il l'avoit tirée. Le Theâtre paroît tout en feu. Quatre Demons sautent au travers des flâmes. Jupiter dit.

Messieurs, Arlequin veut apprendre
Si vous sortez d'ici joyeux ;
Il seroit desolé d'entendre
Le Parterre dire à ses yeux :
Ah l'impertinent curieux !

Fin du Divertissement.


APPROBATION
J'AY lû par ordre de Monsieur le Lieutenant General de Police un Manuscrit François intitulé, Recüeil des Vaudevilles Chantez à la Foire S. Germain, dans le Divertissement de Jupiter curieux impertinent, &c. dont on peut permettre l'impression. A Paris ce 16. Fev. 1711. PASSART.
PERMISSION
VEU l'Approbation cy-dessus du Sieur Passart, permis d'imprimer. Fait ce 19. Février 1711. M. R. DE VOYER DARGENSON.

Registrées sur le Livre de la Communauté des Libraires & Imprimeurs de Paris N. 185. conformement aux Reglemens ; notamment à l'Arrest de la Cour du Parlement du 3. Decembre 1705. Ce 25. Février 1711. Signé, DE LAUNAY, Syndic.

[Texte numérisé par Kim-Lien N'Guyen]