Chronologie : 1697


1697 mai 14:

Fermeture de la Comédie-Italienne à Paris. Il est à noter que le mythe historique, selon lequel les comédiens expulsés se réfugient aux foires, y portant leur répertoire et leur style "commedia dell'arte," est sans fondation. Aucun membre de la troupe ne paraît aux foires de Paris pendant dix ans. Aucune pièce de leur répertoire ne paraît sur les affiches foraines pendant cinq ans après l'expulsion. Même l'image très répandue du montreur de marionnettes, Alexandre Bertrand, essayant à saisir leur théâtre, à l'Hôtel de Bourgogne, le lendemain de leur départ, est fausse : ce ne sera qu'en 1702 que Bertrand essayera son coup.

1697 mai 28:

La troupe des comédiens italiens se réunit à Paris pour la dernière fois : c'est pour signer une quittance de ce que lui doivent les comédiens français. Cést la fin d'une ère : nous la célébrons en reproduisant les signatures inscrites ce jour-là.

1697 novembre 22:

Jean Bertrand est accusé d'avoir reçu des habits volés de l'Opéra. Le rapport sur l'affaire nous indique le genre de vêtements qu'employaient les montreurs de marionnettes, ainsi que l'Opéra, à l'époque. Voir CAMPARDON (1877) I, 139-140.

1697 décembre 30:

La troupe de Tortoriti, se trouve à Strasbourg. Selon L'Histoire Journalière (la Haye):

La troupe des Comédiens Italiens que les Dévots de la Cour ont obligé de s'en éloigner, est allée s'établir à Strasbourg, où le Magistrat leur a fait, à la recommandation de Madame, élever un magnifique théâtre. Ils y ont déjà représenté plusieurs pièces qu'on a trouvées fort agréables, et qui leur attirent tous les jours un très grand nombre de spectateurs.

(Voir MÉLÈSE (1934A), p.56(n).)

1696 1698